en ca es fr
DESTINATION CULTURE
Articles
Rivesaltes

Rencontres du dessin de presse autour de l’œuvre de Josep Bartoli

26 avril 2017 à 15:27

Le Mémorial de Rivesaltes organise le 11 mai 2017 les premières “Rencontres du dessin de presse” autour de l’œuvre de Josep Bartoli qui fut l’un des dessinateurs les plus cinglants des camps de la Retirada. L’occasion de présenter le projet du film d’animation qui est consacré à cette grande figure de l’exil républicain espagnol.

« Etre dessinateur journaliste, en 1939 et aujourd’hui ». Georges Bartoli et Aurel vont en débattre. Le premier est un photographe de presse (Midi Libre, L’Indépendant, L’Humanité, l’AFP….) et le second un dessinateur de presse (Le Monde, Politis, Le Canard Enchaîné, Le Monde diplomatique…). Outre un travail sensible, il ont en commun d’oeuvrer à faire connaître la figure tutélaire de Josep Bartoli qui est à la fois l’oncle – et le mentor –  de Georges Bartoli et le sujet d’un très attendu film d’animation réalisé par Aurel.

Josep Bartoli fut l’un des premiers auteurs, en 1944, à dénoncer la brutalité de l’internement dans les camps du sud de la France. Cet ancien commissaire politique durant la Guerre d’Espagne fut interné en 1939 au camp du Barcarès, où il contracte le typhus, puis dans celui Bram. C’est dans ce camp Audois que Josep, fondateur en 1936 du Syndicat de dessinateurs affilié à l’UGT (Union générale des travailleurs), reprend ses crayons pour témoigner de la réalité derrière les barbelés. Une œuvre de résistance.

En immigrant au Mexique, puis à New-York, le catalan devient scénographe pour Hollywood, fréquente Pollock ou Kline, publie dans de prestigieuses revues…  A 6 000 kilomètres de là, son frère Salvador a aussi connu les camps. Ceux d’Argelès et d’Agde. En 1971, les deux frères, séparés par la guerre et par l’Atlantique, se retrouvent enfin. Georges, le fils de Salvador, découvre comment son oncle d’Amérique a croqué à travers ses dessins ces camps du mépris, la douleur de l’exil et toutes les horreurs de la guerre. Un page s’ouvre pour le jeune reporter qui se rappelle les mots de son oncle : collaborer ou résister.

Georges Bartoli résistera en suivant les exilés de Bosnie en Palestine et les combats sociaux. En 2010, le photographe publie un livre sur son oncle avec des dessins, dont beaucoup sont alors inédits, des plaines de l’Aragon au sable du Roussillon. Un témoignage brut, souvent violent, mis en perspective par l’incroyable parcours de cet exilé un rien aventurier. C’est cette histoire – et à travers elle celle des réfugiés – qu’interroge Aurel avec son film « Josep » qui devrait sortir en 2018/2019 et qui sera évoqué lors de ces premières rencontres du dessin de presse.  Une mise en parallèle du travail des dessinateurs et journalistes en 1939 et du travail des dessinateurs de presse d’aujourd’hui. Un moment riche de rencontres et de réflexions.

Jeudi 11 mai à 18h30 au Mémorial de Rivesaltes, avenue Christian Bourquin, Salses-le-Château.

A lire : Josep Bartoli. La Retirada. Photographies de Georges Bartoli. Récit de Laurence Garcia. Editions Acte Sud BD. 164 pages. 28 euros.

 

Articles connexes
Voir
Argelès-sur-Mer

Un regard sur l’Olimpiada popular de 1936 au Mémorial du camp d’Argelès

L’Olimpiada popular de 1936 à Barcelone est à l’honneur au Mémorial du camp d’Argelès. Une occasion de plus pour visiter […]

Articles
Voir

Kadakaisi, la copie de Cadaquès en Chine !

Mêmes maisons blanches, même église, mêmes ruelles. Et même une statue de Dali ! Construite en 2010, Kadakaisi est la […]

Voir
Barcelone

Roca, pas seulement une marque de toilettes…

La marque catalane internationale d’espaces de bains a aussi sa galerie d’art. Un espace unique sur le plan architectural et […]

Voir
Nîmes

Sumène, village global des musiques actuelles

Pour la 2e année consécutive, le festival des musiques émergentes Les Transes Cévenoles, à Sumène dans le Gard, fait le […]

 

© 2016 Programme MIRO • Tous droits réservés - contact.miro@univ-perp.fr