en ca es fr
DESTINATION CULTURE
Museum Story

Le légendaire Denim passe à l’essoreuse

15 décembre 2016 à 6:00

Certaines légendes ont la vie dure. Celle de l’origine du jean, bleu, à base de toile Denim fabriquée à Nîmes et utilisée pour la confection des premiers jeans de Levi Strauss au XIXe siècle, est aujourd’hui presque effacée. Seule subsiste une similitude d’expression : Denim, de Nîmes. Aucune filiation de matière entre le célèbre jean 100% coton et l’étoffe – le sergé de laine et soie -, dite serge de Nîmes, fabriquée dès le XVIIe siècle à Nîmes. « On appelait le Nim’s ce type de tissage, à l’origine marron puis décliné en coloris variés, dont l’armature croisée en oblique assurait la solidité », explique Aleth Jourdan, conservatrice du Musée du Vieux Nîmes et des Cultures Taurines. Tissus de première nécessité qui pouvait être réemployé et donc rapiécé, ce produit de faible rapport sera pour la ville de Nîmes, le point de départ du négoce à grande échelle et de l’essor au XVIIIe siècle, de l’industrie de la soie. Bonneterie, production de grands châles, draps de soie et de laines y firent la fortune des négociants/fabricants nîmois, propulsant la cité romaine au rang des grandes villes industrielles, la troisième après Paris et Lyon. Cette mémoire textile retrouve des couleurs au musée du Vieux Nîmes, établi depuis 1920 dans l’ancien palais épiscopal du XVIIe siècle. Là, 3000 pièces témoignent de cette Success story gardoise, qui se développa à la faveur des comptoirs commerciaux établis à Cadix (exportation vers l’Amérique du Sud) et Gênes (Amérique du Nord). En filigrane de cette saga, on retrouve le fameux Nim’s, dans les épais registres d’échantillons des XVIIe et XVIIIe siècles, autrefois présentés par les négociants pour vendre à l’étranger le savoir-faire nîmois. Ils sont à présent conservés dans les vitrines du musée. « Ces registres consignent des centaines d’échantillons de soie, certains appelés Mexicaine, Brésilienne, en fonction des marchés auxquels ils étaient destinés, détaille Aleth Jourdan. Il y a aussi un « Nim’s façon d’Angleterre » qui témoigne de l’exportation de la serge nîmoise vers l’Angleterre, puis les USA. ». L’Amérique et un certain Levi Strauss ? La légende du Denim n’a pas fini de tisser sa toile à Nîmes.

chale-cachemire-gorge-de-pigeon

Châle-cachemire, gorge de pigeon

Musée du Vieux Nîmes
Place aux Herbes

30 000 Nîmes

Tél. : 04 66 76 73 90

 

Musées
Musée de l'art brut

Montpellier a son musée de l’art brut

Année 1999. L’artiste Fernand Michel meurt à Montpellier à l’âge de 86 ans. Il laisse une grande maison familiale et […]

Musée du Vieux Nîmes

Le légendaire Denim passe à l’essoreuse

Certaines légendes ont la vie dure. Celle de l’origine du jean, bleu, à base de toile Denim fabriquée à Nîmes […]

Musée Fenaille

Les pierres parlent au Musée Fenaille

Si les pierres pouvaient parler, les « statues-menhirs » du Rouergue érigées il y a plus de 5000 ans, auraient beaucoup à […]

 

© 2016 Programme MIRO • Tous droits réservés - contact.miro@univ-perp.fr