en ca es fr
DESTINATION CULTURE
Articles

Le musée Toulouse-Lautrec rend hommage à Jules Cavaillès

20 avril 2017 à 15:16

Le peintre Jules Cavaillès a joué un rôle clé dans  l’enrichissement du fonds d’art moderne du musée d’Albi. Le Musée Toulouse-Lautrec lui rend hommage en permettant du coup de (re)découvrir ce peintre figuratif.  

Bien des touristes viennent dans la préfecture du Tarn à la recherche de la France de Toulouse-Lautrec. Celle des nuits parisiennes, de la bohème montmartroise et des danseuses en bas résille…  L’ancienne résidence des évêques d’Albi, qui la firent construire au XIIIe siècle, accueille aujourd’hui le musée d’Albi rénové en 2012 et la collection publique Toulouse-Lautrec.  Près de 1000 œuvres y constituent le fonds de cette collection unique au monde. Près de 250 y sont exposées de façon permanente. Mais c’est un autre peintre tarnais que le musée d’Albi honore en cette année 2017.

Cavaillès et Bonnard. Archives-municipales Carmaux – fonds Cavaillès.

Né à Carmaux au tout début du XIX° siècle, Jules Cavaillès fut l’un des brillants élèves de l’Académie Julian. Ce peintre adepte des couleurs fauves n’est toutefois jamais parvenu à se hisser au rang de ses illustres aînés. C’est durant l’Occupation que Jules Cavaillès se fit remarquer en devenant l’une des grandes figures de la Résistance dans le Tarn en devenant, avec son ami Jean Cassou, l’un des responsables du maquis languedocien. Après la guerre, Jules Cavaillès devient conservateur du musée des Augustins de Toulouse et retrouve son poste de professeur à l’École nationale supérieure des arts décoratifs de Paris. Sa carrière connaît alors une nouvelle dimension.

May Belfort au poisson rouge (c) cliché F.Pons

Figure du mouvement de la réalité poétique, Jules Cavaillès expose à l’international et réalise de nombreuses commandes comme des panneaux décoratifs pour les paquebots « La Provence » et le « Ferdinand de Lesseps » ou une tapisserie pour les Gobelins. Cette exposition permet donc de (re)découvrir Cavaillès à travers de très nombreuses oeuvres qui illustrent sa manière de peindre, résolument figurative, basée sur l’emploi de couleurs pures en aplats et sans modelé. On retrouve l’intérêt de Cavaillès pour l’œuvre de  Toulouse- Lautrec exprimé dans le tableau « May Belfort au poisson rouge »  où le peintre « cite » l’affiche « May Belfort » dont il possédait un exemplaire dans son atelier. A cette occasion, les visiteurs pourront également découvrir le dessin offert par Matisse à Cavaillès  acquis en 2013 par le musée Toulouse-Lautrec et présenté au public pour la première fois.

Jusqu’au 31 décembre au Musée Toulouse-Lautrec, Palais de la Berbie à Albi.
Visites commentées, à 15h00 : Dimanche 30 avril, dimanche 14 mai 2017, samedi 10 juin, vendredi 21 juillet, vendredi 18 août et dimanche 24 septembre 2017,
Tarifs :  plein tarif 9 €, tarif réduit 8 € (enfants à partir de 14 ans, étudiants, SAM). Tarif pour les enfants jusqu’à 13 ans : 3 €

 

Articles connexes
Voir
Barcelone

Et Miss Barcelone est … encore la Sagrada Familia !

Nouveau record pour la Sagrada Familia avec 4,5 millions de visiteurs en 2016 ! Côte culture et patrimoine, l’espace El […]

Voir
Toulouse

Cadence]s : désaccords parfaits

Entre objets ethnographiques et œuvres d’art contemporain, Les Abattoirs invitent à se perdre parmi les nombreuses cadences proposées.   Objets […]

Format
Barcelone

Histoire d’un « aftershave » catalan révolutionnaire !

Comment un petit flacon orangé de lotion après-rasage a volé au secours de la culture catalane…Le Palau Robert consacre une […]

Articles
Voir
Montpellier

Les Boutographies, hors cliché

Les 16e Rencontres Photographiques de Montpellier focalisent sur les talents émergents de la photo européenne. Regards neufs et jeunes à […]

Voir
Montpellier

Psychose lynchienne à La Panacée

Ce premier cycle d’expositions sous la direction de Nicolas Bourriaud, nouveau directeur artistique de La Panacée en charge du futur […]

Voir
Barcelone

De Madrid à Barcelone, un Thyssen « jamais vu »…

L’exposition de CaixaForum Barcelona montre pour la première fois les grandes oeuvres du musée Thyssen de Madrid. L’occasion d’admirer Fra […]

 

© 2016 Programme MIRO • Tous droits réservés - contact.miro@univ-perp.fr