en ca es fr
DESTINATION CULTURE
Articles
Pyrénées-Orientales

La Guerre d’Espagne en images à Perpignan et Rivesaltes

1 avril 2017 à 10:19

La Guerre d’Espagne s’affiche sur les cimaises du Centre International du Photojournalisme de Perpignan et du Mémorial du camp de Rivesaltes qui reçoivent l’exposition “ L’Espagne déchirée, 1936-1939”. Une centaine de photographies qui retracent les trois années d’une lutte fratricide de l’autre côté des Pyrénées. Une exposition qui fait sens dans un département où près d’un demi-million de réfugiés vont affluer lors de la chute de la Catalogne au début de l’année 1939. Près de deux tiers d’entre eux seront alors regroupés dans des camps…

L’exposition revient évidemment sur l’épisode de la Retirada et sur l’exil des républicains espagnols grâce à quelques photographies inédites issues de la collection du journaliste Michel Lefevbre. Ces dernières côtoient d’autres images peu ou jamais vues dont certaines proviennent des fonds de l’AFP et non de l’Agence France Presse puisque cette dernière ne fut créée qu’après la Libération. Cette proposition graphique et historique trouve particulièrement écho à Perpignan puisque la Guerre d’Espagne fut le premier conflit médiatique du 20ème siècle et vit naître le photojournalisme avec des photographes célèbres tels que Capa, Chim ou Centelles. Tous passés par la capitale du Roussillon, au sortir de la guerre.

Les cimaises retracent ainsi le sacrifice des forces de la République, l’engagement des brigadistes internationaux mais aussi des alliés de Franco, la solidarité extérieure face à la non-intervention où bien encore la victoire du nationalisme… Prologue de la Seconde Guerre Mondiale, tant dans les pratiques militaires que dans les affrontements idéologiques, la Guerre d’Espagne se lit ici comme un grand livre d’images avec des chapitres nommés Barcelone, Madrid, Tolède, Guernica, Belchite, Ebre… En filigrane, on y lit aussi le totalitarisme déjà prégnant de l’Allemagne d’Hitler, de l’Italie de Mussolini et de l’URSS de Staline, ainsi que le sacrifice d’un peuple qui aura à connaître soit la répression de Franco, soit l’exil et ses périls. Une leçon d’histoire.


Jusqu’au 17 mai 2017 au Couvent des Minimes de Perpignan et au Mémorial du camp de Rivesaltes.

  • Centre International du Photojournalisme : Couvent des Minimes, 24 rue François Rabelais Perpignan. Ouvert du mardi au dimanche de 11h à 17h30. Entrée libre.
  • Mémorial du Camp de Rivesaltes : avenue Christian Bourquin, Salses-le-Château. Ouvert du mardi au dimanche de 10h à 18h Entrée libre.

A lire

Geneviève Dreyfus-Armand, L’Exil des républicains espagnols en France: de la guerre civile à la mort de Franco, Paris, Albin Michel, 1999.
Enllà de la patria : Au-delà de la patrie : exil et internement en Roussillon (1939-1948), catalogue des sources iconographiques sur la Retirada et les camps, Archives départementales des Pyrénées-Orientales, Perpignan, 2009.

Articles connexes
Articles
Voir
Sète

Le Demi Festival, succès complet

Victime de son succès, le Demi Festival du rappeur sétois Demi-Portion, promet trois après-midi d’animations gratuites, 100 % Hip Hop. […]

Voir
Barcelone

Histoire d’un pavillon antifasciste …

La galerie Mayoral présente « Artistes révolutionnaires », une exposition qui réunit Picasso, Miro, Calder et Gonzalez, et redonne vie […]

Voir
Montpellier

Décollage en mode Terminal P

Le Centre de Culture Contemporaine de Montpellier se transforme en aéroport. Histoires de flux, de tourisme, de mobilité et de […]

 

© 2016 Programme MIRO • Tous droits réservés - contact.miro@univ-perp.fr